mardi 25 novembre 2014

Taroculte 3: L'Impératrice, Le Pouvoir du Féminin

L’Impératrice est l’archétype même de la femme. Femme, mère, épouse, elle représente les différents rôles qui incombent au genre féminin. Mais du haut de son statut impérial, elle remplit ce rôle avec superbe, puissance et assise. Elle est donc une carte de « girl power » à mes yeux. Elle peut représenter les femmes qui ont un rôle central, d’autorité et de référence dans toutes les sphères de la vie. Elle nous rappelle l’archétype de la Déesse, plus particulièrement les déesses liées à la féminité et au pouvoir féminin. L’exemple le plus marquant est celui de Vénus, mais je pense que diverses Déesses peuvent endosser les habits de l’Impératrice. Parfois l’Impératrice sera une personne de votre entourage, une figure maternelle par exemple. Et dans d’autres cas, ce rôle sera le vôtre, que vous soyez femme ou homme. Dans cette configuration, on vous recommandera une approche « gant de velours », ronde, mesurée, douce mais ferme. Une femme de pouvoir reste une femme mais elle sait obtenir ce qu’elle désire en jouant de tous ses atouts.

L’Archétype de la FEMME dans toute sa splendeur

Le féminin est rattaché à divers concepts explorés dans l’Impératrice : passivité, réceptivité, finesse, séduction, charme,… Sexualisée, elle sera une Déesse nue, telle la Vénus de Milo ou carrément plus tentatrice comme Lilith, la Déesse sombre patronne des succubes. L’Impératrice joue de son charme plus que de la force afin de parvenir à ses fins. Pleine de doigté, elle possède la ruse féminine qui permet de compenser les désavantages physiques des femmes face aux hommes. Notre Impératrice se doit donc d’être maline. Mais elle doit également être belle, désirable car la beauté d’une femme est une arme fatale. La coquetterie et les artifices pourront faire partie de son arsenal, tout comme son magnétisme et son charme unique. Les regards chargés d’admiration, de désir ou d’envie se poseront immanquablement sur elle et elle devra en faire une force, assumer sa splendeur de femme de pouvoir et agir en conséquence, telle l’Impératrice qu’elle est. Une Impératrice ne se recroqueville pas en s’excusant à demi-mot, elle s’exprime avec grâce et fermeté et sait que la vie lui doit ses faveurs.



Steampunk Tarot de Barbara Moore et Aly Fell

Dans le Steampunk Tarot, on retrouve le symbole de Vénus, celui de la femme, la couleur rouge luxuriante, symbole d’amour, de passion, de sexualité et également de force. Cette Impératrice est richement vêtue et jouit d’un luxe et d’un confort compatibles avec son rang. Sa nonchalance côtoie le pouvoir étincelant qu’elle manifeste entre ses mains. C’est la fameuse poigne de fer dans son gant de velours. Cette Impératrice vous fixe sans honte, confiante dans le pouvoir de son magnétisme personnel. Elle sait qui elle est et a conscience de sa valeur. Et son ventre arrondi me permet de faire la transition sur l’autre grand archétype qu’elle représente.

L’Archétype de la mère

Féconde et maternelle, l’Impératrice est créative et créatrice par essence. Liée à l’élément de l’eau qui permet toute vie, elle est celle qui donne la vie et en prend soin. Ainsi, on la verra représenter les notions de parenté, de grossesse, de gestation, de fertilité, fécondité, soin et santé. Elle peut prendre soin de toute forme de vie : enfants, animaux, plantes, car elle créé la vie et la protège. Mais elle pourra également représenter la gestation et protection d’un projet, d’une idée précieuse. Son aspect nourricier ne s’arrête donc pas à la thématique de l’enfance et de la descendance. L’Impératrice n’est donc pas toujours votre mère. Après tout, toutes les mères ne rentrent pas dans ce moule Impérial.



Le Tarot des Anges de Doreen Virtue

Dans le Tarot des Anges, l’Impératrice est celle qui prend soin de la vie par excellence. Douce, protectrice, elle impose également le respect au milieu des bêtes sauvages qui ne l’attaqueraient jamais et observent avec émerveillement sa grâce et son rayonnement divin. L’abondance et l’énergie douce se reflètent dans cette carte où de nombreuses formes de vie sont représentées. La cascade d’eau nous le rappelle et montre également que l’Impératrice dans son rôle maternel est celle qui saura vous offrir une oreille et une épaule lorsque le flot de vos émotions vous submerge. Son abnégation permet aux autres de grandir, guérir, apprendre et s’élever.

L’archétype de l’Epouse

L’Impératrice ne serait pas complète sans l’Empereur, son époux. Dans cet archétype de l’épouse, on nous rappelle que tout n’est qu’équilibre, alchimie, entraide, partage, dualité et que l’indépendance totale n’existe pas vraiment. L’homme et la femme ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre et chacun a des richesses inestimables à apporter à l’autre et au monde. L’Impératrice pourra représenter la femme qui s’occupe du foyer tandis que l’Empereur affronte le monde pour faire vivre sa famille. Dans cette perspective, un homme prenant un congé paternité pourrait être cette Impératrice car les genres ne sont en aucun cas limitatifs dans le Tarot.



Le Tarot Noir de Justine Ternel et Matthieu Hackiere

Dans le Tarot Noir, l’Impératrice est celle qui préside sur le monde intérieur, sa salle du trône représentant le foyer, le monde domestique. L’Empereur est celui qui part à l’aventure, mais, tourné vers sa dulcinée, il sait que c’est vers elle que son corps et son cœur vont revenir au terme de ses journées pleines de mondanités et d’aventures.

Qui est votre Impératrice ?

Nous avons tous un idéal d’Impératrice en tête, représentant parfaitement au moins l’un de ces archétypes féminins. Pour ma part, je ne peux m’empêcher de penser aux Déesses des panthéons païens, images parfaites de tout ce que peuvent être les femmes. Dans le monde physique, je connais quelques Impératrices qui s’ignorent (Mioum, si tu me lis…) et je m’efforce moi-même de m’inspirer des qualités de cette carte. N’ayant malheureusement pas été élevée par une Impératrice, mon instinct de survie m’a fabriqué une mini-Impératrice intérieure, force dans laquelle je puise et que j’essaye de nourrir du mieux possible.


Et si la vie ne vous a pas mis entre les mains bienveillantes de cette charmante créature, soyez votre propre Impératrice !

Une petite vidéo, pour finir, mettant en parallèle Aphrodite et l'Impératrice:






mardi 18 novembre 2014

Quand ma vie commencera-t-elle enfin ?

Frustrante notion que celle de l’attente ? Cette attente infinie que beaucoup d’entre nous avons ressentie ou ressentons toujours. Attendre que sa vie commence enfin. Attendre les circonstances idéales, la providence, la salvation. C’est un sentiment que j’ai longtemps ressenti et dont beaucoup de personnes que je croise souffrent. Que l’on attende le job idéal qui va faire décoller notre carrière, nos finances, notre vie de famille ou l’amour parfait qui nous donnera envie d’escalader les montagnes et nous fera voir la vie en rose, ou tout autre événement idéalisé, nous avons tous connu dans une certaine mesure ce sentiment d’attente. Lorsque l’attente dure trop longtemps parce que la vie a décidé que ce que nous voulions désespérément n’était pas ce dont nous avions véritablement besoin à ce moment précis de nos vies, cette situation peut rapidement devenir toxique, immobilisante, frustrante au plus haut point.

Attendre est une ineptie !

Attendre quoi, attendre qui ? Quel sera le moment idéal ? La situation parfaite ? Le sauveur grandiloquent ? Faut-il forcément les conditions extérieures rêvées pour agir, pour avoir le sentiment que sa vie avance, est sur les rails ? Si vous postulez depuis des mois et des mois, attendant LE poste qui fera tout basculer pour vous et qu’en attendant ce jour béni (ou maudit) vous boudez la vie, restez coincé dans une spirale sans issue où ce but très (trop) précis dévorera jusque la plus infime miette de votre joie de vivre ,de votre envie de faire des projets constructifs, de votre capacité de réinvention. Cette spirale négative née de l’insatisfaction d’une recherche sans fin vous prendra définitivement votre instinct de survie, cet instinct qui parfois nous expulse de la spirale en nous criant « STOP !!! ». Arrêtez d’attendre ! A force d’attendre, vous mourrez en ayant attendu toute votre vie !

Le Monde ne peut rien pour vous si vous ne faites rien pour vous-même et pour le Monde

De nombreuses personnes attendent encore. Elles attendent que le Monde leur soit clément, leur offre ce pour quoi leur cœur soupire. De nombreux célibataires désabusés pensent (à tort) que c’est une tierce personne qui débloquera tout dans leur vie, débarquera sur son cheval blanc avec pour seul but les sauver et les adorer pour le restant de leur vie. En attendant ce fringant rédempteur, nos impatients célibataires se meurent un peu plus chaque jour, se flagellent, se persuadent qu’ils ne sont pas dignes d’intérêt, d’amour, d’attention. Ils croient dur comme fer être de ternes créatures tant que le regard de l’autre ne leur renverra pas une étincelle positive. Ils remettent tout leur pouvoir entre les mains de circonstances extérieures qu’ils espèrent salvatrices. Et chaque jour, ils se demanderont où, diantre, peut bien être cette personne qui vouera sa vie à les aimer.

Vous voulez entendre une vérité cruelle ? Ce sauveur, ange d’abnégation qui ne rêve que de vous extirper de votre tourment, n’existe pas. Pas plus l’amoureux transi que l’employeur providentiel. Cela ne veut pas dire que vous ne trouverez jamais l’amour, un travail satisfaisant, ou tout autre réalisation positive. Cela veut simplement dire que nous sommes tous des monstres d’égoïsme en puissance ! Personne ne se lève chaque matin dans l’espoir de nous sauver de nous-même ! Chacun attend, pour sa petite pomme, les bienfaits de la vie. Employeur Supra Génial et Fringant Sauveur Sentimental attendent eux aussi qu’on les sauve, qu’on les émerveille, qu’on les sorte de leur caca quotidien savamment entretenu par leur propre insatisfaction chronique. Cette somme de personnes attendant d’être sauvées créé un vivier d’âmes torturées, tristes, stagnantes et abusives entre elles. Vous la visualisez maintenant la spirale infernale ?

STOOOOOP !

Pour que l’on ait envie de construire avec vous, vous ne devez pas être un trou noir qui engouffrera tout afin de rassasier son vide personnel, affectif et intellectuel. Vous devez être suffisamment en paix avec vous-même pour donner sincèrement en retour (sans attendre, crispé que l’on vous aime ou vous sauve). Vous ne devez pas être dans un amour conditionnel passif agressif. Vous devez aimer, donner, à 100% pour ce que l’autre est. Et vous devez vous aimer, au moins un peu, ou du moins y travailler un peu chaque jour. On ne peut donner aux autres que quand on se donne à soi-même suffisamment. Et lorsque vous aurez envie de sortir de la spirale, de tendre la main au Monde et de voir ce qu’il se passe, soyez réceptif. Le Monde ne vous donnera peut-être pas ce que votre conditionnement passé frisant le psychorigide exigeait. Et c’est tant mieux ! Aimez-le pour cela ! Aimez le Monde pour ses surprises ! Votre amoureux potentiel n’est pas un fringant sauveur ? Il a des plaies, des attentes excessives, des blocages ? Aimez-le quand même ! Pas pour ce qu’il peut potentiellement vous donner ou vous offrir. Aimez-le avant tout pour ce que vous pouvez lui offrir et construire ensemble (ou pas). L’attente boudeuse chronique pousse trop souvent à des relations déséquilibrées où l’on s’enflammera démesurément dans les prémices de la relation (MON SAUVEUR !!!) puis être sauvagement déçu par l’autre qui ne remplit pas notre cahier des charges de monstre d’égoïsme ( QUOI ? Toi aussi tu es brisé/cassé/déçu/boudeur ? Je retourne de ce pas dans ma petite spirale chérie…). Dites-moi, amis boudeurs, ne rejetez-vous pas chez l’autre vos propres défauts qui vous sont renvoyés par effet de miroir ? Au lieu de chercher chez l’autre les idéaux et les pires failles, regardez en vous ce qui est beau tout comme ce qui est laid. Aimez la beauté que vous y aurez trouvée et cherchez à guérir ce qui ne vous convient pas. Vous ne pouvez pas changer l’autre. En revanche vous pouvez contrôler votre vision du Monde et vos attentes.

Soyez votre propre Sauveur Fringant Providentiel Supra Génial !

Je vous en conjure ! Ne repartez pas dans cette satanée spirale ! Dans cette attente aigrie qui nécrose votre patience, vos nerfs et votre cœur. Sauvez-vous vous-même ! Commencez votre vie dès maintenant ! Pas demain, maintenant ! Acceptez de laisser partir le rêve idéal, le sauveur imaginaire. Lâchez prise pour avancer. Le commencement ne sera pas forcément grandiloquent, il pourra être un geste simple, symbolique. Mais si vous pouviez seulement mesurer la puissance de ces gestes simples, de ces résolutions fermes. Ces manifestes de survie dont nous accouchons en brisant l’attente toxique. Un pas à la fois, un pied devant l’autre, un sentiment, une phrase écrite sur un papier, une promesse à soi-même, à un proche. Votre manifeste est plus drastique et effrayant ? Qu’à cela ne tienne, bravo à vous ! Et bravo à vous aussi qui n’avez formulé qu’une silencieuse promesse au saut du lit ! Aujourd’hui vous déposez les bagages et vous entamez votre voyage, celui qui vous emmènera loin, vers les surprises que le Monde vous réserve, loin de cette spirale qui tourne inlassablement.


Aujourd’hui est le premier jour de votre vie. 



mardi 4 novembre 2014

Taroculte 2: La Papesse ou Sorcière Dévoilée

La carte de la Papesse ou Haute Prêtresse est  l’une de mes grandes préférées dans le Tarot. Personnage improbable, la Papesse cache bel et bien l’identité de la Sorcière puisque le Pape ne peut qu’être un homme. Qui est donc, autre que la Sorcière, la femme en contact direct avec le mystique ? Mais, figure féminine inquiétante et sulfureuse, la Sorcière a dû s’assagir, se policer dans le jeu du Tarot. On la rattacherait plus volontiers au Pape dans les cartes masculines alors que, selon moi, la Papesse est le pendant intuitif et réceptif du Magicien ou Bateleur. Dans mon système de valeur, cette carte s’appelle « La Sorcière », point barre ! Elle peut être tantôt une mystique, une païenne, une medium,… Un personnage secret, paré de mystère et d’obscurité.

Mystère, Connaissance et Esprit…

Cette figure féminine étrange est souvent représentée à proximité d’un voile. Le fameux voile que nous essaierons de percer mais dont seule la sorcière détient le secret. Quand le fou marche entre les mondes, la Papesse/Haute Prêtresse traverse le voile des mondes avec aisance. Elle maîtrise les voyages astraux et la transmission de pensée. Elle est entourée d’objets mystiques  permettant de communiquer avec les puissances invisibles : livres sacrés, fioles de liquides étranges, boules de cristal, cartes divinatoires,… Elle est la messagère de l’au-delà. Elle ne fait pas que représenter le mystère. Elle EST le mystère. Son dévouement est profond. Elle dédie sa vie au travail spirituel par la lecture et la pratique des arts cachés. La peur lui est interdite car celle qui est en contact avec l’invisible se doit d’être valeureuse en toute circonstance, le cœur bien accroché, les yeux grands ouverts.

Elle seule est porteuse d’un savoir aussi obscur. Nous brûlons de partager sa connaissance mais en avons également peur. Jamais elle ne partagerait les secrets de sa sagesse. Se fiant à son intuition avant toute chose, elle peut lire en nous et savoir si nous sommes dignes de confiance. Si, d’aventures, elle nous confiait une parcelle de sa divine connaissance, il ne s’agirait bel et bien que de la partie émergée de l’iceberg et sans la clé mystique pour en déchiffrer les symboles, nous ne pourrions rien en faire.

Intouchable, silencieuse, humble, contenue, elle semble inaccessible. Elle n’est qu’esprit. La matière a beaucoup moins d’importance à ses yeux que l’éther. Elle est presque vaporeuse, comme un mirage, une hallucination. Est-elle vraiment là ? Son aspect distant la rend quasi virginale, stérile et frigide dans ses aspects les plus sombres. Elle est, selon moi, un des personnages les plus fantomatiques et fantasmés du Tarot.



Steampunk Tarot de Barbara Moore et Aly Fell

Dans le Steampunk Tarot, la Haute Prêtresse est la représentation typique de la diseuse de bonne aventure. Elle reçoit les messages mystiques et vous les délivre. A vous, ensuite, de comprendre entre les lignes car la véritable mystique gardera toujours une pointe de mystère dans son discours. Cette représentation est très réceptive.



Alice Tarot de Karen Mahony et Alex Ukolov

Dans le Alice Tarot, la fillette traverse le voile du mystère avec dextérité en passant de l’autre côté du miroir. Réalité et imaginaire se percutent et se fondent. Quel est le monde derrière le voile ? Le rêve, le jeu ? Cette représentation est davantage active, en mouvement, dans l’expérimentation.



Bohemian Gothic Tarot de Karen Mahony et Alex Ukolov

Dans le Bohemian Gothic Tarot, l’autre monde avec lequel la Prêtresse communique nous inquiète. Est-ce le paradis ou l’enfer ? Le voile la recouvre presque intégralement. Une étrange fiole semblant contenir du sang trône dans ses mains. Que va-t-elle faire avec ce mystérieux élixir ? Les piliers en arrière-plan rappellent le Temple de Salomon, lieu sain autour duquel nombre de spéculations ont nourri les récits. Il semblerait que le Temple ait été bâti avec l’aide de démons dont Salomon aurait pu prendre le contrôle grâce à une mystérieuse bague…  Un pilier est dans l’ombre, l’autre dans la lumière, signe de la dualité de notre héroïne et de notre incapacité à déterminer son essence véritable. La Haute Prêtresse connaît sans doute la vérité suprême mais jamais elle ne nous en dévoilera le fin mot.

La loi du silence

La Papesse ou Haute Prêtresse apparaît souvent pour nous rappeler de garder le secret sur certaines choses. Elle rappelle aussi que nous avons un grand pouvoir caché et qu’il est plus sage de ne pas trop dévoiler ces forces intérieures aux non-initiés. Tout le monde n’est pas capable de comprendre et c’est très bien comme ça. Alors CHUUUUUT…

Ma vidéo sur la Grande Prêtresse/Papesse: