mercredi 26 août 2015

Taroculte 15: Le Diable, Un Ami Controversé

Cette carte est traditionnellement perçue comme négative. Je vais apporter un éclairage différent sur cette lame. En effet, mon rapport au Diable n’est pas ancré dans la peur. Au contraire ! J’ai beau avoir eu une éducation judéo-chrétienne, je me suis vite débarrassée de mes a priori sur tout ce que les monothéismes considèrent comme « mal » et je suis devenue, de mon propre chef, une indécrottable païenne.

Le Diable du Christianisme est un tentateur qui ne vous veut pas du bien. Il vous fait miroiter 1000 plaisirs pour mieux vous entourlouper et vous conduire à votre perte. La vérité est que j’ai rencontré nombre de bigots qui n’avaient pas une once de gentillesse et de positif en eux et qui revendiquaient être les plus vertueux du monde. Ils voyaient le Diable partout. Si tu mets du vernis à ongles bleu pour aller à l’école, c’est le Diable qui te l’ordonne. Si tu ne vas pas à la messe, tu iras en enfer ! C’est le Diable qui pousse les gens à mal se comporter ! Encore faut-il redéfinir « mal se comporter » quand ces gens diabolisent le vernis à ongles…

Que faire des gens comme moi alors ? Je suis païenne. En soi, c’est assez suspect. Je suis fille de Lilith et de Pan, deux divinités sulfureuses. La première est le Diable au féminin, le deuxième est celui qui a donné ses cornes à la représentation populaire du Diable. Et je ne vous parle pas de mes autres amis : Samaël, Baal, Hadès,… Le Diable, le Diable, le Diable ! Je vais balancer un gros pavé dans la mare d’eau bénite : j’adore le Diable ! Ce réjouissant Ami ! Nous sommes copains comme cochons ! Où est-ce que je signe sur le formulaire d’admission pour l’Enfer ? Ça doit être drôlement sympa là-bas !

Marilyn Manson a une façon merveilleuse de caricaturer les deux camps. Son personnage de l’Antichrist Superstar est grinçant à souhait et a soulevé nombre de manifestations indignées. De l’autre côté, il a libéré psychologiquement toute une génération de personnes qui souffraient sous le poids des dogmes stupides de tous types. Le Diable serait-il, finalement, celui qui semble menaçant mais veut vraiment vous faire réfléchir ? Et un homme qui réfléchit n’est pas très intéressant pour les religions organisées… Il est même franchement inquiétant.

Le Diable que j’aime est celui qui vous met un pied au cul pour que vous cessiez d’être un bon petit mouton. C’est l’anti-pape. C’est le bon sens. C’est le réveil intérieur. Pour moi, ce n’est pas une personne, ou une entité désignée. C’est une idée ! Et cette idée, on peut en faire une excuse pour persécuter et culpabiliser le monde ou bien un porte-drapeau de l’homme libre, intelligent, philosophe et non religieux. Je choisis le deuxième camp !

La vision négative du Diable



Dans le Tarot des Anges de Doreen Virtue, le Diable est l’Ego ! On n’en attendait pas moins de Doreen. C’est la représentation enfermante du Diable. Celle qui diabolise le fait de penser aux choses matérielles, à sa propre pomme, au sexe, etc… Bouh l’argent ! Bouh le monde réel ! Cui-cui, petits nuages cotonneux, anges sans sexe,  et chants éthérés… Qu’est-ce qu’on s’emmerde… La vérité c’est qu’avec la vision culpabilisante de l’Eglise, nous sommes tous devenus des traumatisés du monde concret, moi la première ! S’ancrer est une plaie. L’argent semble avilissant mais nous en sommes dépendants pour notre survie. Nous allons donc courir après quelque chose de sale toute notre vie et nous sentir malheureux dans tous les scénarios possibles. Si nous succombons au monde matériel (dont notre survie dépend je le répète…) nous sommes des dégénérés. Et si nous restons dans le dénuement, nous sommes des ratés… Ou comment combattre un déséquilibre en en créant un nouveau.

Bien sûr, je reconnais que le monde physique a ses excès et que certains s’y vautrent avec une grotesque application. Cependant, toute démarche qui enferme et culpabilise a tendance à réveiller la Diablesse en moi…

Ici, l’Ange est un salvateur et le Diable est un concept, chose à laquelle j’adhère pas mal. Ces choses négatives qu’on attribue au Diable sont en fait des persécutions intérieures. Nous avons un Diable en nous tous. Est-ce que ce Diable est votre ennemi, comme ici ? Vous encourage-t-il à vous gaver ? A être dépravé, malveillant, pervers ? Vous encourage-t-il à amasser au détriment de tous ? Vous fait-il comprendre que tout est sale et que vous aussi êtes sale ? Vous fait-il vivre dans la peur (de lui, de manquer) ? Mais le Diable, chers amis, c’est votre OMBRE ! Le Diable est notre part non maîtrisée, sauvage, exigeante et excessive. Si vous persistez à le museler, il redoublera de perversion. Si votre ego est blessé, il fera de vous un prédateur ou une proie. L’ego ne doit pas être supprimé, tout comme l’ombre. Nous vivons une expérience humaine et sommes donc indissociables de ces notions. En revanche, nous pouvons les équilibrer. Mais pour cela, il faut savoir regarder en face son Diable intérieur et ce n’est pas chose aisée.

Le Diable dans toute sa splendeur



Dans le Tarot des Vampires de Ian Daniels, le Diable est une bête décadente comme on n’en fait plus. On tombe ici dans le contre-exemple de la pudique Doreen Virtue et on envoie du feu de l’enfer chaud bouillant. Le tarot des Vampires est tout sauf pudique. Ce qui m’intéresse ici, ce sont ces anges qui viennent s’acoquiner avec la Bête. La danse entamée est empreinte d’extase et de controverse. Qui fait quoi ? Est-ce que les Anges se font pervertir ? Est-ce que la Bête se fait domestiquer ? Sommes-nous un Ange ? La Bête ? Ou n’est-ce pas finalement la danse intérieure qui réconcilie les contraires et fait de nous des êtres avec un peu d’Ange et un peu de Démon en nous ? Finalement, tout ceci n’est pas si éloigné de la Tempérance !

Je crois que notre Ange intérieur se doit d’aller se frotter à notre Démon. En faire un ami proche plus qu’un ennemi qui nous persécutera. Le Diable a bien des richesses à nous offrir. Il est un païen pur jus, un être de la terre et du feu. Il nous apprendra à apprécier notre incarnation et donc mieux vivre. Il nous enseignera que l’argent n’est pas sale mais n’est qu’énergie. Il nous encouragera à aimer notre corps pour vivre épanoui. Il reconnaîtra en nous l’être sexuel et libre. Il mettra un point d’honneur à ce que nous nous aimions nous-même correctement pour pouvoir aimer les autres au mieux. Il mettra les choses dans l’ordre juste.


Mais c’est là toute la difficulté. Car si celui qui détient toutes les réponses fout les boules à tout le monde, peu seront ceux qui viendront s’abreuver à sa source de sagesse…

Pour aller plus loin, une vision païenne de cette lame:




mercredi 12 août 2015

Les Divinités : Un Appel Puissant

Je vous parlais, dans mon article sur Les Guides, de mon cheminement avec les divinités. J’ai connu pas mal de païens qui travaillent également avec des Dieux et Déesses. Certains décident consciemment de chercher leurs divinités patronnes, celles qui résonnent le plus avec leur être profond. D’autres, comme moi, ont eu une expérience « coup de massue » avec une divinité qui est venue les chercher, les a « appelés ». Aucune configuration n’est meilleure que l’autre (on trouve, malheureusement des gue-guerres à ce sujet ça et là… Soupir…), notre cheminement est personnel. Nous vivons ce que nous devons vivre.

Je vais vous parler de mon expérience avec mes divinités (possessif à ne pas comprendre de façon absolue, je n’ai pas le copyright sur Eux. Ils sont juste mes guides, tout comme ils sont les guides de tonnes d’autres zozos comme moi).

Tout d’abord, je peux communiquer avec les divinités par les rêves, méditations, visions (quelques-unes), la divination, le channeling et, bien sûr les signes. Et si je fais bien le vide et que je tais mon mental, je peux les entendre. Ensuite, chaque Dieu a sa personnalité propre et aura son propre style de communication. C’est une des choses rigolotes avec eux. Certains sont plus discrets, d’autres ont un humour féroce, etc…

Bien sûr, la quantité ne fait pas la qualité, cependant, pas mal de Dieux sont venus me trouver, m’aidant sur divers aspects de ma vie et de ma spiritualité. On n’entretient pas la même relation avec tous les Dieux. Il ne faut donc pas penser que ceux qui travaillent avec beaucoup de Dieux différents ont un lien superficiel avec chaque. Chaque Dieu tient un rôle très différent. Certains sont très proches, d’autres moins.

J’ai deux Divinités Patronnes. Lilith est ma Déesse, la toute première. C’est elle qui m’a appelée. Pan est mon Dieu, le Yang de mon Yin. Ces deux-là sont les plus proches de moi. J’ai un lien très particulier et intime avec eux que je ne saurai répliquer avec d’autres. Ils sont complètement liés à moi. Ils me reflètent et me complètent et je les sens toujours avec moi. Ensuite, certains Dieux vont se démarquer et devenir très importants dans votre panthéon personnel. C’est le cas pour moi avec la Déesse Nephtys que je considère comme ma troisième divinité, omniprésente dans mon cheminement. Elle pourrait être considérée comme une Marraine.



Lilith, Pan et Nephtys


Bien d’autres me guident et je vous détaillerai sans doute dans de prochains articles qui sont mes Dieux et quels messages ils apportent. Une chose est constante dans mon parcours en tout cas : je les laisse toujours venir à moi et ne choisis jamais consciemment de travailler avec tel ou tel Dieu. Ce sont toujours eux qui me choisissent. Ça marche comme ça pour moi. Et c’est toujours parfait.

Alors, comment nous appellent-ils me demanderez-vous ? Pour moi, ça a été assez effrayant. Je voyais une entité voilée au pied de mon lit qui me réveillait tous les jours à la même heure et me chatouillait le menton. Je ne vous raconte pas l’ambiance avec ce réveil pump it up ! J’avais vu cette silhouette, un jour alors que j’avais 16 ans et avait repoussé cette vision. Je n’étais pas prête à l’époque. Il a fallu attendre 13 ans pour la revoir. Je me suis alors lancée dans une recherche poussée des différentes mythologies et m’était même demandée s’il ne s’agissait pas de la Déesse Grecque Nyx, Déesse de la nuit souvent représentée voilée de noir. Comme je pataugeais grave dans mes recherches, ma Déesse a décidé de couper court. Elle est apparue en rêve à un de mes proches complètement athée et cartésien et s’est présentée. Simple, concis, flippant J Du Lilith tout craché.

Pan m’est apparu en vision avant que je ne m’endorme. Il me secouait et m’empêchait de dormir, surgissant comme un beau diable, beuglant « Youhou ! ». Fripon à souhait. Et oui, c’est un Dieu qui aime surgir de derrière les arbres, vous foutre les boules et créer la « panique » ! Heureusement, il a arrêté de faire ça depuis sinon, boujour les cernes ! J

Nephtys m’a fait moins peur, apparaissant très sereine au-dessus de moi au réveil, ses ailes déployées, altière et apaisante. Chacun vous montre sa personnalité dans sa façon de vous approcher. Et plus la divinité vous est proche, plus son appel sera fort. Les autres divinités avec lesquelles je travaille me sont surtout venues par les rêves. C’est plus reposant qu’une vision bien flippante au pied du lit ! Certains vous révèlent leur nom, d’autres vous donnent des indices et vous invitent dans un jeu de piste. C’est toujours très stimulant de jouer au « Dieu Mystère »…

Cependant, beaucoup de personnes n’expérimentent pas cela et trouvent par eux-mêmes, en faisant des recherches, la divinité qui fait « clic ». Ou bien ils invitent au fond d’eux la divinité qui leur est destinée et la rencontrent en rêve ou trouvent comme par hasard un article ou une représentation de cette divinité. Ca n’est pas toujours aussi « violent » qu’une vision et un contact physique, rassurez-vous. De toute façon, ils apparaissent quand ils savent et comme ils savent qu’on peut l’encaisser. Si on ne peut pas, ils se montrent autrement, de façon plus soft.

Chaque divinité qui arrive dans votre vie a un rôle bien précis à jouer dans votre développement personnel. Lilith m’a extirpé des vieux schémas et a complètement retourné ma vie sur elle-même. Pan me guide dans mon acceptation de ma part masculine. Nephtys me fait travailler sur mon karma, etc… Parfois, une divinité arrivera d’un coup, au moment précis où son énergie vous sera salvatrice. Aphrodite est récemment arrivée dans ma vie, m’apportant une énergie pleine de féminité exaltée, insouciante, dynamique, authentique. J’avais véritablement besoin de ça en ce moment !

Chacun trouvera sa propre façon de communiquer et de travailler avec ses divinités. Voici quelques conseils que je peux donner pour vivre ce type d’expérience au mieux :

1) Trouvez votre façon authentique de communiquer avec eux

Si pour vous, être respectueux et humble, c’est vous prosterner, pourquoi pas… Pour moi, c’est leur parler comme à des amis, faire des blagues, avoir un lien très horizontal. Il n’y a pas de bonne façon ou de mauvaise façon. Votre façon est la bonne. Ne laissez personne vous dire comment vous adresser à vos Dieux, même quand ces personnes travaillent avec les mêmes Dieux que vous. Si demain, vous êtes amenés à travailler avec Lilith, vous trouverez votre propre façon, votre propre rythme et je n’ai aucune légitimité à aller culpabiliser le monde sur comment faire ou ne pas faire. Je ne possède pas ces entités. J’ai eu, au début de mon parcours, une altercation assez musclée avec une personne plus expérimentée que moi cherchant à me vendre son « prosternes-toi, gueuse »… Si la méthode d’un autre n’a rien à voir avec qui vous êtes et ce qui vous fait vibrer, ignorez-la ! Peu importe que cette personne ait 10 ans d’expérience de plus. Elle peut très bien se fourrer le doigt dans l’œil depuis 10 ans. Vous savez ce qui est mieux pour vous.

2) Ne les considérez pas comme des « ingrédients »

Qu’on les considère d’un point de vue archétypal ou personnifié, les divinités ne sont pas des ingrédients. On ne les utilise pas de façon pratique comme on fait brûler de la sauge. On ne va pas invoquer un nom parce qu’on l’aura lu dans un bouquin si on n’a aucune idée de qui est cette entité. Les divinités et guides doivent être approchées avec une très grande humilité et un profond respect. Ayez une démarche consciente et informée en toutes circonstances. Cela évitera les malentendus. Et je plaide coupable, pour l’avoir vécu avant l’arrivée de Lilith. J’envoie au passage à ce très cher Archange Michael mes respects pour l’avoir dérangé avec mon amateurisme risible… Heureusement on a su en rire après coup J

3) N’ignorez pas un appel, répondez-y, écoutez…

N’ayez pas peur si une divinité a des messages pour vous. Acceptez d’entendre. Leur but est de nous aider. Ils ne nous parlent que de ce que l’on est prêts à entendre. Ils ne vont pas vous faire peur si vous n’êtes pas prêts à l’encaisser. J’ai eu peur d’un Dieu qui avait un message pour moi cette année. Le très controversé Dieu Baal. Je l’ai ignoré et contourné un moment. Cependant, en sortant de ma peur et en acceptant de l’écouter, j’ai pu avoir une expérience incroyablement guérisseuse avec lui. Si vous ne leur répondez pas, ils vont attendre dans un coin et vous aurez toujours cette appréhension du « que me veulent-ils ? ».

Je vous parlerai plus en détail de divinités précises par la suite, selon celles qui souhaitent s’exprimer et, peut-être, selon vos demandes. Vous verrez aussi que je travaille beaucoup avec le côté obscure de la force et j'espère pouvoir faire ressortir toute la Lumière et l’Équilibre que ces Dieux apportent quand on sait sortir des préjugés et du manichéisme. Attendez donc des nouvelles de mes Guides Lilith, Pan, Nephtys, Dagon, Tiamat, Baal, Hadès et d’autres…